Les Céramistes de la Grotte du MAs d’Azil

Toutes deux ont décidé à un moment donné de leur vie professionnelle de se reconvertir et de vivre leur passion commune, la céramique : une travaille le grès, l’autre la porcelaine.

Installées par la mairie du Mas d’Azil dans l’ancien café Gauzy, sur le passage de la célèbre grotte, chacune a son atelier dans le bâtiment où elles partagent une belle salle d’exposition.

Visibles sur les salons d’artisanat d’art, à la traditionnelle fête de la figue ou sur les marchés de Noël, l’essentiel de leurs ventes sont réalisées sur place et grâce aux touristes qui viennent toute l’année visiter la grotte ariégeoise.

Deux drôles de dames qui nous ont ouvert leurs ateliers et livré quelques uns de leurs secrets…

**Marie travaille essentiellement le grès (une argile naturelle et résistante cuite à 1280°C), elle façonne ses pièces au tour et pour elle la fonction de l’objet est aussi importante que les lignes : « c’est mon côté puriste »

Entre les deux cuissons de ses pièces, elle dispose les émaux (poudres et minéraux mélangés à l’eau) et réalise l’émaillage à la louche.

[*La céramiste a participé il y a quelques mois à une opération menée par la CMA dans le cadre du projet européen RIDER porté par le Syndicat du pays Couserans.*]
Marie a bénéficié des conseils du designer Jean-François Astoury : « chacun avait ses idées, il nous a ouvert l’horizon en travaillant sur les cinq sens et il nous a affranchi de nos contraintes techniques en nous faisant travailler nos projets sur papier avec des croquis puis en finalisant nos prototypes en bois, papier ou carton […]

[**"L’objectif étant de se donner davantage de liberté avant de revenir en atelier et de se remettre sur le tour »*]

Dans le cadre de ce projet, Marie a travaillé essentiellement sur l’univers de la beauté (tout ce que l’on trouve dans une salle de bain : porte-savon avec céramique et bambous, porte-serviette, distributeur de disques démaquillant ou de savon liquide), mais c’est incontestablement son porte-bijou qui a retenu l’attention du designer et du public lors de l’exposition des prototypes.

« Depuis cette expérience, j’ai davantage tendance à réfléchir sur le fonctionnement des objets »

Laurence travaille la porcelaine, des pièces décoratives et utilitaires décorées aux engobes, cuites à haute température.

Pour la décoration, elle utilise des oxydes de fer et pour faire ressortir la couleur de la terre, une technique italienne, le sgraffito (il permet de faire remonter la couleur à la cuisson).

Pour elle le tour est important, il permet de révéler la finesse de la porcelaine qui contrairement aux autres céramiques, n’est pas issue d’une argile naturelle, elle est principalement composée d’un mélange de quartz, de kaolin additionné d’argile… elles sont tournées, modelées ou travaillées à la plaque.

[(Les Céramistes de la Grotte du Mas d’Azil
05 61 68 24 72.)]