David Bellot

Quand on pénètre dans le petit atelier au fond du jardin, on est tout de suite happé par l’odeur qui renvoie instantanément à de vagues souvenirs de l’enfance, de ces échoppes où, curieux, on aimait à se perdre.

Et dans son petit atelier « Le Mouton des Pyrénées » dans le bucolique village de La Bastide du Salat, juste avant la Haute-Garonne, on s’y perdrait vite entre les amas de peaux et diverses pièces pendus et entreposés.

Très récemment distingué du trophée régional de la meilleure reprise d’entreprise (il ne le recevra officiellement qu’en novembre), David Bellot nous accueille dans cette antre où il a posé ses établis voici 10 ans.

D’abord une histoire personnelle avant d’être une réussite entrepreneuriale. Parisien, dans le bâtiment, les odeurs il connaît ; ceux des produits utilisés, des gaz d’échappement dans les bouchons interminables.

Alors, voici 10 ans il débarque à La Bastide du Salat, après un passage par Toulouse. Coup de foudre, celle de sa compagne qu’il a suivie ici, de cette région puis pour finir de cet atelier.

C’est en fait un début, un renouveau. Attiré par l’antique surjeteuse, il l’essaie et se pique au jeu, si bien que sa belle-mère, Michèle, lui apprend le métier sur le tas.

Et l’idée vient, alors que Michèle approche de la retraite, de reprendre la petite entreprise qui ne trouve pas repreneurs. Une formation spécifique de l’Adepfo, un soutien sans faille de la Chambre des Métiers dans toutes ses démarches (pour la reprise notamment) et voilà David qui se lance de ses propres ailes en avril 2010, avec l’aide occasionnelle de Michèle.

« Vous trouverez ici des produits simples, intemporels, de qualité, et de fabrication française, nés d’un savoir-faire unique et artisanal ». Tel est le message qu’annonce le site internet. Celui que s’efforce, jour après jour, de perpétuer David Bellot.

La spécialité de l’atelier : « le travail de la peau de mouton et d’agneau, la peau lainée, à partir desquelles je fabrique des toques, des casquettes, des chapkas, des semelles, des moufles et bien sûr l’indémodable chausson en laine »

La matière première joue évidemment un rôle important dans l’histoire. « Je m’approvisionne essentiellement auprès des dernières mégisseries de Graulhet, dans le Tarn, comme pour les fils spéciaux que j’utilise » ajoute-t-il conscient que « ça fait toujours un emploi ici, un emploi là et c’est important »

Même la petite Poste du village lui doit de connaître un regain d’activité avec tous les colis adressés aux différents clients.

Ici, rien ne se perd et tout se réutilise car la matière première est le poste le plus important (près de 50% du prix final), lui qui bannit les matières synthétiques « tout est 100% naturel »

A l’arrivée des pièces uniques, sur mesure, fruits d’un métier artisanal aux techniques éprouvées où l’œil doit être aussi affûté que le geste sûr. Et des clients qui apprécient, surtout par les gros temps hivernaux.

« Je travaille beaucoup, surtout en hiver, sur les marchés locaux de proximité et je suis présent également au marché de noël place du Capitole. On pourra aussi me retrouver au salon des arts et du feu de Martres-Tolosane. Les gens peuvent aussi passer à l’atelier »

Mais indéniablement, c’est la création du site internet qui a dopé l’activité du petit atelier. « Je réalise 50% de mes ventes via internet. J’ai des clients sur toute la France, même en Belgique ou en Suisse » et dernièrement un couturier renommé a fait appel à lui.

Ici pas de stocks. David Bellot produit essentiellement à la commande. La paire de chaussons qu’il fabrique en une vingtaine de minutes (à partir du moment où les pièces sont découpées) parviendra d’ici deux jours à cette cliente des Yvelines qui l’a commandé via mail ce matin.

Pour autant, David Bellot garde la tête sur les épaules, humble et simple, et même au travers de son site internet, s’efforce de faire transparaître d’abord l’authenticité et la qualité de ses produits, fabriqués main et localement.

« Le client est attaché à la qualité, il peut voir tout de suite que son produit n’est pas fabriqué à l’autre bout du monde. Je pratique des prix corrects. Je veux juste pouvoir en vivre décemment. Et puis je reste souple, confie-t-il, je ne force pas les ventes. Les clients sont satisfaits ou remboursés, je privilégie avant tout la relation de confiance »

Comme un souci de ce lien de proximité, si souvent rattaché aux métiers artisanaux, même à distance.

Atelier à l’activité éminemment saisonnière, dopée seulement par les grands temps froids, Le Mouton des Pyrénées propose une gamme complète d’accessoires et ganteries en peaux lainées du bébé à l’adulte, aux coloris variés, souvent en modèle unique. Le tout Made in La Bastide du Salat, au pied des Pyrénées Ariégeoises et plus précisément des mains de David Bellot.

[(David BELLOT

2 RTE DE TOUILLE
09160 LA BASTIDE DU SALAT
Tél. :05.61.96.69.00
www.le-mouton-des-pyrenees.fr)]