Noël gourmand à la Maison Mazas : retour en force du chocolat au lait

Ganaches, pralinés, truffes, oranges confites, caramels beurre salé, pâte de fruits, pistache, pâte d’amande… les petites mains de la maison Mazas s’activent en coulisse pour que Noël soit une fête.

Avec la fermeture de la boutique historique de la rue Labistour (la pâtisserie existait depuis un siècle), les Fuxéens de souche ont un peu perdu leurs habitudes. À présent une seule boutique sur les allées de Villote et une réorganisation afin de faciliter le travail de toute l’équipe.

Désormais c’est au-dessus du labo qu’à lieu le stockage, le conditionnement, et à cette époque de l’année pas le temps de s’ennuyer.

« Nous avons fait un choix, pas forcément facile à prendre, mais trois mois après, on se rend compte que c’est le bon : les clients sont restés fidèles, ils sont mieux accueillis et en réorganisant les espaces de travail de manière rationnelle, on se fatigue moins et on travaille mieux », explique Fabrice Mazas qui avec son frère Laurent et sa sœur Géraldine, ont repensé ces nouveaux espaces.

Chaque année pour Noël les chocolats maison riment avec qualité et originalité : « dès le départ nous avons fait le choix du haut de gamme abordable. Les marrons glacés viennent de Turin en Italie et nous travaillons du chocolat Valrhona : Gianduja, Caraïbe, Jivara, Taïnori… »

Car à l’instar des grands domaines viticoles, chaque terroir donne au cacao des caractéristiques spécifiques, produisent des aromes particuliers qui sont ensuite travaillés avec créativité par Patrick Chevier, le chocolatier de la maison.

Cette année au rayon des nouveautés, des centres de table (moulages en chocolat noir, blanc, lait garnis de bonbons) à partager en famille, entre amis.

Les boules et les Pères Noël ont remplacé le traditionnel sapin au Gianduja.

« Nous avons voulu nous renouveler, moderniser notre gamme, poursuit Fabrice qui chaque année essaie de revisiter la gamme. Ce n’est pas empirique, ce n’est pas scientifique et on ne suit pas la mode. Cette année c’est traditionnel et très chocolat ! »

Pour Patrick Chevrier c’est un retour aux sources avec des chocolats traditionnels : « ma préférence est allée au Bahibé à 46%, je l’ai utilisé pour le Cotillon, le gâteau de la St Sylvestre et il m’a inspiré quelques bouchées et bonbons au chocolat ».

Des gourmandises sucrées à découvrir sur les tables des réveillons de fin d’année et toute l’année.