Pamiers : transmission-reprise d’entreprises artisanales en Ariège, il faut anticiper !

Dans l’artisanat l’expérience montre que c’est souvent proche de la retraite que les chefs d’entreprise rencontrent le plus de difficultés à transmettre leur outil de travail.

« Les problèmes de transmission reposent sur un manque d’anticipation, note Carine Buffard, chargée de mission à la Chambre de Métiers et l’Artisanat de l’Ariège (CMA). Il faut compter au moins trois ans pour trouver un repreneur capable de pérenniser une entreprise. Une cession se prépare et c’est à nous d’accompagner au mieux les artisans qui sont dans cette démarche »

Aussi la CMA de l’Ariège organise régulièrement des réunions au plus près des acteurs de terrain car selon Joseph Calvi, président de la chambre consulaire « une transmission/reprise qui se fait en proximité a plus de chance de réussir qui si on va chercher un repreneur plus loin. Aujourd’hui nous avons choisi le bassin de Pamiers car c’est ici qu’il y a le plus d’activité artisanale et le plus d’entreprises à céder.

Aujourd’hui il y a peu de repreneurs et beaucoup de cédants. Notre mission c’est de les accompagner auprès des financiers, des fonds mutuels de caution et l’ensemble des partenaires de la chambre (experts comptables, notaires…) pendant cette période de transition et au-delà. Une entreprise accompagnée a de meilleures chances de maintien et de développement.

La transmission/reprise peut aussi être considérée comme un point charnière pour innover, développer, exporter » poursuit le président Calvi en précisant que ce dispositif lancé par la Région Midi-Pyrénées, dans le cadre de son Schéma Régional de Développement Économique (SRDE) reçoit le soutien financier de l’Europe.

Hubert Lopez, adjoint au maire en charge de l’urbanisme à Pamiers souligne que son territoire dispose d’un important potentiel d’artisans « malheureusement les petites entreprises ne trouvent pas de repreneurs alors qu’elles constituent un potentiel important au niveau du savoir-faire. D’où l’intérêt de ce travail avec les consulaires.

Il faut lutter contre les idées reçues, il est souvent plus difficile de créer sa propre entreprise que de reprendre une entreprise déjà existante. L’âge de la retraite légale ne doit pas être un frein pour le cédant qui a envie d’accompagner le repreneur afin de passer le flambeau dans les meilleures conditions »

Cette année une soixantaine d’entreprises ont été cédées dans le département de l’Ariège. Il y a trois ans elles étaient au nombre de 90. Selon Gérard Roux de la CMA cette chute est liée à la fois aux difficultés à mobiliser les capitaux et la crainte des futurs entrepreneurs face à une conjoncture incertaine.

Outre le comportement des banques qui ont tendance à jouer la politique de l’autruche, il arrive que des entreprises moyennes dans certains domaines comme le bâtiment soient reprises par des groupes : « L’objectif de cette conférence c’est de parler de tout cela, il vaut mieux préparer la mariée, quand on s’y prend tôt on prend le temps d’évaluer l’outil commercial, l’outil de production, le prix… tout est clair. Car pour bien se vendre il faut trouver le bon prix »

La chambre de Métiers et de l’Artisanat propose à l’aide d’un fichier de repreneurs potentiels actualisé et complété régulièrement, une mise en relation cédants/repreneurs. Et les conseillers consulaires proposent un accompagnement individualisé.

[(Pour en savoir plus :
CMA Ariège au 05.34.09.88.00)]