Saint-Girons : pour l’amour du biscuit...

Situé juste derrière l’église de Saint-Girons, le local, un ancien couvent du 12ème siècle, propriété d’un particulier, caché dans les ruelles du centre piéton non loin de l’école du Sacré cœur, passerait presque inaperçu si ce n’était cette oie éminemment sympathique et tout de suite familière qui attire le regard, depuis l’enseigne apposée sur la porte.

L’odorat entre tout de suite en action après l’œil. Le local vide depuis quatre années a retrouvé vie début juillet, sous l’effet de Martin et Amélie Domenge-Abeau qui y ont installé leur petite biscuiterie artisanale, 100% bio, l’une des seules en Midi-Pyrénées.

« J’ai travaillé dans la boulange chez des amis au Fournil de l’Oie à Irazein », évoque Martin. Pourtant, il se rappelle encore le temps où dans sa montagne à lui du côté d’Annecy il a découvert la Biscuiterie d’un ami de son père, où il a fait ses gammes en quelques sortes dans ce temps de l’adolescence ou les jobs d’été s’accumulent.

« J’ai juste changé de montagne » s’amuse-t-il à dire même s’il reconnait apprécier l’accueil et le caractère préservé trouvé de ce côté-ci des Pyrénées.

Alors à Irazein il a développé en dehors de l’activité de boulangerie, une petite gamme de biscuits.

« C’est en fait en 2011 que l’aventure a réellement débuté » raconte-t-il encore, quand tous les biscuits préparés pour la grosse fête du village sont partis comme des petits pains sous les encouragements de tous à poursuivre l’expérience.

Et, c’est avec la rencontre d’Amélie, ancienne maraichère, au ventre aujourd’hui arrondi, qu’un projet de vie s’esquisse pour finir par prendre forme au cœur de Saint-Girons dans ce couvent « on a fait des biscuits ensemble pour passer du temps ensemble »

Maintes formes en fait. Car la biscuiterie L’Oie Gourmande propose aujourd’hui une large palette de biscuits.

Certifiée agriculture biologique, 9 biscuits (palets, cookies, sablés ou encore macarons) sortent de la biscuiterie.

Entièrement faits mains cela va de soi, dans une logique totalement artisanale, du batteur au laminoir jusqu’au four (pour une cuisson à 120 degrés minimum), farines de blé, de petit épeautre et de sarrasin sont mêlées aux noix amandes abricots secs, figues chocolats et autres pour donner naissance à de croustillants biscuit secs qui peuvent ensuite se conserver jusqu’à trois mois, au sec et à l’abri de la lumière selon la formule consacrée.

« Tous nos biscuits sont 100% bio, pur beurre, sans colorant ni conservateurs et même sans gluten »

Une logique que nos deux artisans poussent à l’extrême : « nous privilégions les circuits courts avec le moins de transport possible.

Quand ça n’est pas possible nous évitons les intermédiaires et nous nous approvisionnons directement auprès du producteur.

Le beurre vient directement d’une laiterie en Bretagne, les noix d’un producteur de la Drôme.

Pour certains fruits secs et le chocolat nous entrons dans le cadre des filières du commerce équitable avec le pays d’origine.

De la même façon nous ne vendons sauf exception que dans un réseau de petits distributeurs, essentiellement des Biocoop, dans un rayon maximum de 150 kilomètres et seulement le mercredi dans l’atelier »

Bref, une logique ou l’environnement et le bio se conjugue au travers du biscuit.

« C’est une véritable éthique, affirme Amélie, la volonté de produire quelque chose de sain au service d’un besoin naturel de base comme se nourrir.

On accorde une extrême importance à ce que l’on fait. Il y a une réelle demande en retour, de vrais échanges s’établissent »

Des propos que complète son compagnon, « on a vraiment l’impression de contribuer à une autre forme d’économie où les échanges, l’aspect humain, sont tout aussi importants que la valeur marchande proprement dite.

Voilà pourquoi nous ne nous développerons pas plus pour rester une entreprise à taille humaine »

Près de 600 Kg de biscuits divers sortent de l’atelier chaque mois que l’on peut retrouver sur les marchés, en particulier celui de Saint-Girons, mais aussi dans le réseau des biocoop de la région.

Ainsi, à leur petite échelle Amélie et Martin ont le sentiment de participer à la redynamisation du territoire, à la vitalisation du tissu local.

Avec comme doux projet celui de parvenir à contribuer à la naissance d’une petite filière, en circuit court bien sûr, autour de la création d’une de leurs spécialités le « Palet Ariégeois », avec pourquoi pas une farine 100% issue du PNR des Pyrénées Ariégeoises.

Après tout avec des biscuits « bénis des dieux », fabriqué avec cet amour tout artisanal, ici dans ce couvent, un miracle peut-être pas si inaccessible que cela.

[(L’oie Gourmande
4, Rue du bourg à Saint-Girons
06.88.49.22.23)]