Un entreprise Labelisée « Patrimoine Vivant » en Ariège : « Thomas Liorac » par GVMT Créations

L’entreprise « Thomas Liorac » par GVMT Créations a été labélisée le 8 mars dernier « Entreprise du Patrimoine Vivant »

Le label Entreprise du Patrimoine Vivant (EPV) est une marque de reconnaissance de l’Etat mise en place pour distinguer des entreprises françaises aux savoir-faire artisanaux et industriels d’excellence. Ce label rassemble des fabricants attachés à la haute performance de leur métier et de leurs produits. Le label Entreprise du patrimoine vivant peut « être attribué à toute entreprise qui détient un patrimoine économique, composé en particulier d’un savoir-faire rare, renommé ou ancestral, reposant sur la maîtrise de techniques traditionnelles ou de haute technicité et circonscrit à un territoire ».

**L’entreprise GVMT Créations a été créée en 2011 par Grégoire et Marguerite Villedey.

« Nous avons découvert les peignes en corne lorsque nous nous sommes installés il y a quelques années en Ariège-Pyrénées. Nous avons tout de suite été conquis par ce produit, la beauté du matériau, ses vertus antistatiques et lissantes, les gens qui le fabriquent amoureusement depuis des siècles. Nous adorons l’idée que sa fabrication est 100% naturelle. Nous adorons l’idée que ces peignes sont fabriqués ici, par nous, dans nos montagnes. »

**On nous a dit que chez « Thomas Liorac » c’est une femme qui fabrique les peignes ?

« Mais oui ! Chez nous, c’est Madame qui est à la fabrication et Monsieur à la commercialisation ; Marguerite invente les peignes, les dessine, les fabrique de A à Z, les bichonne. C’est elle qui fait tourner les machines, organise la production, détient le savoir-faire manuel et le coup d’œil.
Quand on sait qu’elle a été bibliothécaire pendant 15 ans, on peut dire que c’est une reconversion réussie !
Grégoire, lui, s’occupe des expéditions, des personnalisations, des campagnes commerciales, de l’informatique et de la gestion. »

**Ce savoir-faire, cette fabrication en corne, est-ce réellement typique de l’Ariège ?

« Le peigne en corne est un objet dont on retrouve des vestiges à la préhistoire. Au Moyen Age, le bois des collines du Plantaurel en Ariège, servait déjà à la fabrication de peignes. Les gens du pays ont appris le savoir-faire de ce métier alors totalement. On suppose que le travail de la corne a été introduit en Ariège par les Sarrasins ou rapporté dela Terre Sainte par les croisés.
Mais c’est surtout après la révocation de l’Edit de Nantes que les protestants y ont développé cet artisanat, et à partir de 1860, cette activité a connu un très gros essor avec l’invention de nouvelles machines industrielles.
Les chutes d’eau de la Vallée de l’Hers et du Touyre, en Ariège, ont alors favorisé l’installation de nombreux ateliers. Dans les années 1900 à 1930, l’industrie du peigne en corne employait en Ariège 1500 ouvriers répartis dans une cinquantaine d’entreprises. »

**Quels sont les procédés traditionnels utilisés dans vos productions ?

« Les étapes de découpe des cornes, de profilage des peignes et de polissage restent toujours manuelles et ont peu évolué depuis 100 ans. Nous avons juste remplacé quelques machines industrielles traditionnelles du 20 ème siècle en introduisant dans le process de fabrication des techniques de découpe numérique.
Ce savoir-faire est rare du fait du très faible nombre d’entreprises le détenant en France : 3 entreprises, toutes situées dans le Pays d’Olmes en Ariège et totalisant 6 ouvriers. »

**Quels sont les vertus et bienfaits du peigne en corne ?

« Les peignes en corne sont remarquables en premier lieu du fait de leur beauté. Bien travaillés ils présentent des marbrures uniques pour chaque objet, avec des couleurs blanches, fauves, beiges, grises, noires. Par ailleurs, ils présentent de vrais avantages pour l’utilisateur : pas d’électricité statique, ils glissent mieux dans les cheveux, rendent les cheveux plus brillants et en bonne santé.
Enfin, ils sont totalement écologiques puisque la corne est naturelle et biodégradable. »

**Quel est le modèle économique de votre entreprise ?

« Nous fabriquons aujourd’hui environ 10 000 peignes par an. Nous vendons essentiellement nos produits par correspondance sur internet et en diffusant des catalogues. Nous sommes présents sur des salons nationaux et environ 15% de notre chiffre d’affaire se fait avec une clientèle internationale.

Nos méthodes de fabrication et de commercialisation reposent sur des valeurs qui prennent fortement en compte le respect de nos fournisseurs, de nos clients, de nos collaborateurs et de l’environnement ».

**Comment envisagez vous votre développement ? .

« Nous construisons une entreprise à taille humaine. Cela permet d’assurer une proximité et une cohésion entre les différentes fonctions de l’entreprise : production, commercialisation, direction, capital social. Les arbitrages ne sont pas délégués. Un équilibre juste est recherché entre rémunération du travail, du capital, et réinvestissement dans l’entreprise.

Depuis notre création en 2013, nous avons embauché 3 personnes. Nous avons une conception du travail favorisant l’autonomie et la polyvalence des personnes plutôt que l’hyper-spécialisation productive.

Prochainement nous envisageons d’ouvrir une boutique, ici à Laroque d’Olmes et nous aménagerons un parcours de visite pédagogique. »

Dans cette attente nous vous invitons à découvrir l’entreprise, labélisée « Entreprise du Patrimoine Vivant » et ses produits sur http://www.thomasliorac.com